Chapelle du Herrenwald

Un groupe de 7 bénévoles a consacré de très nombreuses heures pour la rénovation de la Chapelle du Herrenwald ! Au nom de la paroisse, qu’ils soient tous remerciés : Paul, René, Charles, François, et les trois Michel (s). Si un jour votre promenade vous conduit vers cette chapelle, vous pourrez l’admirer et vous recueillir. Cependant nous vous recommandons, pour des raisons de sécurité, de ne pas allumer de bougie et vous remercions pour votre compréhension.

Malmerspach : le sanctuaire le plus récent de la vallée de Saint-Amarin

  Jusqu’en 1969, Malmerspach était la seule commune de la vallée de Saint-Amarin à ne pas disposer d’une église. Un édifice religieux, dessiné par Charles Gustave Stosskopf (le premier titulaire du Prix de Rome d’architecture), accueille depuis les fidèles. Le bâtiment forme un dodécagone, un polygone à douze côtés de 30 m de diamètre. Photos E.J.     Emmanuel Job (Avec l’aimable autorisation du journal L’Alsace)

Malmerspach et sa chapelle disparue

Le nom de « Malbersbach » apparaît pour la première fois dans l’histoire en 1506. Il n’y a guère alors que quelques fermes et habitations de bûcherons ou de charbonniers qui forment un hameau. Il se situe sur le domaine de l’abbaye de Murbach et relève administrativement de Saint-Amarin. 26 juillet 1789 : la chapelle Saint Wolfgang. Peinture de Camille Greth, Musée Serret à Saint-Amarin.    Emmanuel Job (Avec l’aimable autorisation du journal L’Alsace)    

De Doroangus à Saint-Amarin

L’origine de Saint-Amarin remonte à la nuit des temps. L’arrivée d’un moine nommé Amarin est le point de départ de l’histoire religieuse de la ville. Si l’église actuelle a été construite à partir de 1756, deux autres édifices ont auparavant pointé leur clocher dans le ciel de la ville. C’est le Pape Innocent III qui transforme, en 1191, la nouvelle église romane en collégiale. Emmanuel Job (Avec l’aimable autorisation du journal L’Alsace)